travaux subaquatiques et spéciaux travaux subaquatiques et spéciaux

S.A.R.L ROMOEUF SUBSEA

VISITES SUBAQUATIQUES



Visites d'étangs et de plans d'eau : mode opératoire

Depuis quelques années, les demandes de visites d'étangs ou de plans d'eau sont de plus en plus fréquentes. Ces visitent ciblent les contrôles du système de vidange, leur dévasage, leur fermeture en cas de perte en aval. En règle générale, on conservera le même type d’approche que pour les ouvrages traditionnels (barrages, retenues, chaussées).

Organisation générale d'une visite d'étang ou de plan d'eau

Inspection de plan d’eau
Inspection de plan d’eau

Lagunes à SAINT CLEMENT DES LEVES.

L’une des priorités du Chef d’Equipe est de déterminer les points particuliers liés à un danger d’aspiration potentiel sur le site visité.
Ainsi sur place, ou même avant, par téléphone

  • Se renseigner sur la situation géographique de la zone à visiter.
  • Trouver le maximum d’informations sur cette zone et sur l’ouvrage dans sa globalité.
  • Fixer le sens de la visite, son ordre, son organisation. Par exemple : début de la visite par le côté Sud puis Ouest, etc...
  • Ces sites ne disposent en général que d’un seul vannage mais il est nécessaire de s’en assurer avant toute plongée.
  • Toujours commencer la visite en aval de l’ouvrage. En général, ces sites disposent d’un système de vidange en aval, qui se trouve 8 fois sur 10, en aérien. Il faut de toute façon vérifier la présence ou non de fuites. Si la partie aval se trouve en eau, une plongée de contrôle sera organisée.

En général, l’équipe se met en place autour du point d’eau ( repérer les accès les plus proches). Selon les renseignements pris avec le gestionnaire, suivre l’axe présumé de l’ouvrage. Descendre peu plombé ou gonflé, de manière à ne pas toucher le fond et remuer les matériaux volatiles (vase).
- Le narguilé devra être flottant pour le suivre en surface.
- Dans la mesure du possible, installer une embarcation pour reprendre le narguilé au-dessus de l’eau.
- Le scaphandrier part avec un long chiffon qu’il fait flotter devant lui au bout d’une canne afin de déterminer d’éventuelles fuites.
Une fois en place près de la vanne, il indique sa position à la surface. Une gueuze plombée partant d‘une bouée est alors installée depuis la surface. Par ailleurs, un câble sera ramené également à la surface pour servir de fil d’Ariane entre l’ouvrage et la berge.
Une fois l’ouvrage décelé, repérer les travaux ou visites qui pourront suivre.

Conclusion

Ce type d’investigation présente toujours le même risque majeur : l’aspiration par la vanne de fond. Il ne faut donc pas plonger en cas de fuite trop importante et dans une eau sans aucune visibilité. Ne plonger que si l’eau est claire et que la fuite doit être colmatée pour des raisons impérieuses.
Même si l’ouvrage ne semble pas présenter de fuites et paraît être en bon état, il est toujours important de se méfier de l’état du fond car en général, ce sont des ouvrages peu utilisés et peu entretenus, pouvant donc réserver de mauvaises surprises.

Personnel

Le personnel délégué à cette prestation est composée d'une équipe de trois scaphandriers dont un chef d’équipe.